Le MODEM invente les territoires de demain.

« Pour une égalité républicaine des chances entre les territoires »

Ce que je crois

Le monde où nous vivons est marqué par l’héritage d’un passé lointain parfois, mais souvent par l’industrialisation progressive qu’a connnue l’Europe depuis près de 200 ans : révolution des transports, exploitations des ressources, urbanisation… La société a l’origine de ces évolutions est en train de disparaître : la forme d’occupation du territoire qu’elle a créée ne lui survivra pas.

L’aménagement du territoire est une action quotidienne de chacun, pour autant qu’il dispose des moyens de se situer dans son environnement. Je crois que l’éducation à l’aménagement du territoire passe autant par la connaissance de l’environnement que par celle de la société et des mécanismes politiques et économiques qui l’animent.

La liberté de se déplacer est indissociable de la liberté individuelle. L’Etat doit garantir à chacun cette liberté.

– C’est seulement dans le dialogue que les sociétés peuvent construire leur relation à l’espace. Un homme seul, une idéologie déterministe, un scientisme fort de ses certitudes n’auront jamais raison : je crois à la participation démocrate qui est notre mission essentielle d’élu ; seuls, nous n’aurons jamais raison, même si…

Les générations passées ont construit patiemment, une relation équilibrée avec le territoire, à la force des bras, avec intelligence, en domestiquant la nature proche souvent propice, parfois menaçante. Si, dans les années soixante et soixante-dix, l’Homme est devenu prédateur par excès de cupidité, on ne peut pas pour autant obliger les hommes d’aujourd’hui à laisser libre court à une vision idéalisée d’une pseudo nature bienfaitrice. Je fais confiance aux sociétés pour savoir aujourd’hui gérer avec raison leur environnement sans qu’on leur explique ce qui est bon pour elles.

Espace urbain, espace rural, on est parfois tenté de mettre l’un ou l’autre en avant, parce qu’il serait handicapé, oppressé, saturé… Je crois à la solidarité indispensable des territoires : ce qui est bon pour mon voisin est bon pour moi. Je refuse la logique de compétition qu’impose un système ajourd’hui dépassé.

Leave a Reply



XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>