Le MODEM invente les territoires de demain.

« Pour une égalité républicaine des chances entre les territoires »

Archive for the 'ruralité' Category

Faut-il une politique spécifique pour les espaces ruraux ou doit-on intégrer ceux-ci dans une vision globale du territoire ?

CIADT : mesures pour les territoires ruraux.

Posted by Michel SAUVADE on 13th mai 2010

Lors de sa réunion du 11 mai le Comité Interministériel d’Aménagement et de de Développement du Territoire a proposé un certain nombre de mesures en faveur des territoires ruraux et des pôles d’excellence rurale.

De quoi rester sur sa faim… et dans le déclaratif : extraits sur les territoires ruraux…

– améliorer la couverture des territoires ruraux en téléphonie mobile et haut débit : des crédits européens, du FEADER notamment pour le haut débit… des solutions seront élaborées avec les collectivités locales pour les communes non couvertes par la téléphonie mobile… Donc les collectivités paieront.

– très haut débit : 2 milliards d’euros du grand emprunt pour le très haut débit en dehors des zones très denses définies par l’ARCEP , mais seulement 1,5 M  € par an à l’arrivée… pour des études…

transport ferroviaire : des « dispositifs adaptés » avant la fin de l’année… quoi ? Par qui ?

Transports routiers : les territoires les plus enclavés seront pris en compte dans le « Schéma National des Infrastructures de Transport ». on met des routes nationales ? Chiche…

Economie :

Maintien des exonérations pour les entreprises de moins de 10 salariés en ZRR. Toutes concernées ?

– La commande publique sera plus accessible aux producteur agricoles locaux… l’approvisionnement des cantines sera encouragée… comment ?

– Mise en place d’une chaîne de commercialisation des produits de la chasse… c’est BB qui ne va pas être contente…

valoriser les ressources forestières : tarif d’achat d’électricité préférentielle pour les scieries tentées par des chaudières à cogénération… la filière bois se résume à cela ?

– développement du tourisme : une « plate-forme nationale » pour soutenir les acteurs du tourisme… On est sauvé.

Conditions de vie :

– santé : 50 000 € pour 250 maisons de santé. Les médecins vont affluer si on attend cette mesure pour les attirer. Ils auront juste à signer quelques engagements…

– enfance : regroupement des assistants maternelles au sein de maisons… curieux, cette obsession de tout mettre dans des maisons…

– vieillesse : programme de « repérage » sur les logements des personnes âgées… sans commentaire…. à l’heure de la discussion sur les retraites.

– Distributeur de billets : 30 DAB par la Poste en 2010. tout ça ? La Poste a du se faire violence.

– culture : appel à projet pour labelliser les acteurs. Du cinéma…

aider les porteurs de projets  : un portail « territoire ruraux ». On est sauvé…

Et le plus beau…

 « Les caractéristiques des territoires ruraux seront désormais prises en compte dans les études d’impact et l’évaluation des politiques publiques. »

Là, c’est vraiment nous prendre pour des c…. !

 » Une mission parlementaire sera diligentée pour étudier les possibilités d’adaptation des normes techniques aux territoires ruraux ».

mission, diligentée, étudier, possibilité, adaptation, normes… au moins 6 ans pour du concret. Un exemple de pipeau à garder en mémoire.

Au moins, ce brillant dossier nous donne une certitude : comptons sur nous avant de compter sur l’Etat.

source : : : http://www.datar.gouv.fr/IMG/Fichiers/ACTUALITES/20100511_DP_CIADT.pdf (dossier de presse du CIADT du 11 mai 2010)

Posted in politiques d'aménagement, ruralité | Commentaires fermés sur CIADT : mesures pour les territoires ruraux.

1er bilan des assises des territoires ruraux

Posted by Michel SAUVADE on 26th février 2010

24  Février 2010
Le bilan des Assises des territoires ruraux sera suivi par un comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire en avril

Le ministre de l’espace rural et de l’aménagement du territoire a présenté hier en conseil des ministres une communication sur le bilan des Assises des territoires ruraux. Selon lui, «80.000 personnes, représentant les acteurs locaux et nationaux, ont, au total, pris part à ces assises. Un programme ambitieux pour les années à venir en résulte.»
De «nombreuses mesures» entrent «immédiatement en application»: lancement d’un second appel à projets pour des pôles d’excellence rurale; accord signé par les opérateurs de téléphonie mobile, sous l’égide de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, pour la couverture de l’ensemble des communes rurales dès 2013; appui au déploiement du très haut-débit en zone rurale; meilleure intégration de la dimension rurale dans les études d’impact des lois et règlements.
En avril, a-t-il confirmé, un comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire adoptera un «plan d’ensemble en faveur des territoires ruraux. Ce plan concernera, par exemple, le déploiement de distributeurs automatiques de billets par La Poste, un appel à projets pour les maisons de santé, le soutien à la transmission des entreprises en zone de revitalisation rurale ou encore l’organisation des filières de commercialisation des produits de la chasse.»
Les dispositions de nature législative «qui seraient nécessaires pourront être intégrées dans différents projets de loi: engagement national pour l’environnement, réforme des collectivités territoriales ou encore loi de finances pour 2011.»
Le suivi de ce plan sera confié dès l’automne 2010 à la Conférence de la ruralité «dont la composition sera renouvelée.»

source : http://www.maire-info.com/article.asp?param=12303&PARAM2=PLUS

Posted in politiques d'aménagement, ruralité | Commentaires fermés sur 1er bilan des assises des territoires ruraux

enclavement…. ?

Posted by Michel SAUVADE on 11th février 2010

Une anecdote nivale… ma femme doit se rendre de notre domicile à Clermont-Ferrand aujourd’hui… une centaine de kilomètres… : 2 heures pour arriver à l’entrée de Clermont… et 2 heures dans Clermont, dans une ville paralysée par de la neige, certe, mais comme on en connait régulièrement en campagne.

Question : où se situe l’enclavement ? où se situe la consommation inutile de carburant (les bus et tramways avaient été arrêtés).

Réponse : réduire l’aménagement de l’espace à une vision manichéenne du « plein » et du « vide » en expliquant que la consommation « durable » de l’espace passe par la densification de l’habitat ne tient pas la route. Si l’on doit prendre en compte cette dimension, elle n’est pas la seule à devoir être intégrée : la densification induit une augmentation des phénomènes de concentration, qui sont donc exacerbés en situation difficile : circulation bien sûr, mais aussi gestion des déchets, des effluents…

Peut-être un jour, en particulier dans l’esprit du programme humaniste, on parviendra à conduire une véritable réflexion collective en intégrant toutes les dimensions de la question : environnementale, bien sûr, mais aussi sociale et économique, car force est de constater que la contrainte sociale et économique, si elle est réelle en campagne, bien que souvent tues, conduit au maintien de solidarité qui en diminuent le coût, là ou l’Etat se désengage aujourd’hui.

En attendant, au moins en Livradois, le MoDem labourera tout le terrain sans laisser la moindre friche citoyenne et politique…

Posted in ... et l'Auvergne ?, environnement, MoDem, politiques d'aménagement, ruralité, transports, villes | Commentaires fermés sur enclavement…. ?

Quand l’Etat refuse de légiférer sur les sections…

Posted by Michel SAUVADE on 6th février 2010

A de nombreuses reprise l’Etat a refusé de trancher la question des biens des sections des communes. Ceux-ci demeurent un enjeu important pour des communes de Bretagne, du Massif Central ou des Vosges notamment. En effet des « sections » de communes disposent de biens propres qui ne peuvent être investis que dans l’intérêt du territoire de la section.

Récemment au Sénat (source : Mairie-info du 5 février 2010)

« Alain Marleix va lancer un groupe de travail sur les biens de sections

Lors de l’examen au Sénat du projet de loi de réforme des collectivités territoriales, Alain Marleix, secrétaire d’Etat à l’Intérieur et aux Collectivités territoriales, a obtenu le retrait d’un amendement visant à mettre fin au régime des biens de sections qui, selon lui, «soulevait un certain nombre de problèmes».
Selon un communiqué du secrétaire d’Etat, «une concertation est en effet indispensable avec les maires des communes concernées et la profession agricole préalablement à toute décision qui pourrait avoir des impacts importants notamment sur le monde agricole compte tenu des règles européennes en matière de versement de primes.»
Alain Marleix s’est «engagé à ce que cette concertation s’engage rapidement à partir des travaux qui seront menés par le ministère de l’intérieur afin que des propositions soient présentées dans un délai raisonnable ménageant à la fois l’intérêt de la profession agricole mais également des collectivités locales concernées.»

Il faudra bien à un moment ou a un autre entrer dans le vif de la question avec lucidité. La commune de Marsac, il y a quelques année a mis fin au partage entre les habitants de la section. Ceci n’a pas débouché sur une révolution mais sur une réflexion collective dans l’intérêt de la commune.

comme quoi, c’est possible…

Posted in ... et l'Auvergne ?, ruralité | Commentaires fermés sur Quand l’Etat refuse de légiférer sur les sections…

Assises des territoires ruraux

Posted by Michel SAUVADE on 25th décembre 2009

Etonnant… Il aura fallu un article du Semeur Hebdo pour que l’élu que je suis entende parler du site internet gouvernemental sur les « Assises des territoires ruraux« . Décidément, je ne dois pas être très attentif… puisque acteurs des territoires ruraux je suis : « Objectif : permettre aux acteurs des zones rurales d’exposer leurs attentes , leurs besoins ». Dommage, les participations dans les départements se terminaient fin novembre.

Ce qui est étonnant c’est que l’on ne trouve sur le site que 163 contributions… décidément… le « désert français » n’est pas mort. Tss, tss, est-ce à dire que le « tout communiquant » fatigue ?

Aller, par solidarité avec le gouvernement, je viens de déposer une contribution prise dans le 1.6 du projet humaniste du MoDem. On va voir si le gouvernement est réceptif… Que le MoDem s’engage dans la discussion, on devrait pouvoir doubler les contributions.

 

en avant !

Posted in politiques d'aménagement, ruralité | Commentaires fermés sur Assises des territoires ruraux

L’Ecole retrouve ses petits…

Posted by Michel SAUVADE on 22nd octobre 2009

Le 13 septembre, j’évoquais la curieuse opération « Ecole numérique rurale » en expliquant que le compte n’y était pas : on était passé dans le Puy de Dôme de 71 à une vingtaine d’écoles financées. Et bien, finalement, le financement est arrivé : Le chiffre annoncé initialement à bien été tenu, certe avec retard, mais tenu.

L’opération de communication n’en était donc pas une, ou bien, disons que la communication a précédé l’action… C’est moindre mal, et je ne dis pas ça parce que l’école de la commune, après avoir été écartée, a finalement été repêchée in extremis… mais parce que pour avoir le droit de critiquer, il faut aussi reconnaître que la parole donnée a été tenue.

Dont acte !

Posted in ... et l'Auvergne ?, éducation, ruralité | 2 Comments »

On peut investir en campagne…

Posted by Michel SAUVADE on 10th octobre 2009

Y compris dans le social et la culture. La rénovation de l’ancienne école Saint Joseph permet de rassembler au coeur du bourg à la fois de nouveaux habitants, des services à la personne (l’ADMR), des salles associatives, une bibliothèque et une salle d’exposition permanente.

Lire l’article de la Montagne

Voir les photos sur le site de la communauté de communes.

Posted in ... et l'Auvergne ?, ruralité | Commentaires fermés sur On peut investir en campagne…

Education et territoires ruraux : le paradoxe ?

Posted by Michel SAUVADE on 3rd octobre 2009

Si la volonté affirmer « d’élever » le niveau de qualification est logique, légitime et compréhensible dans le contexte de la mondialisation, pour autant sa transcription à l’échelle locale, dans l’espace rural est moins évidente qu’il n’y paraît à mettre en oeuvre :

– D’abord pour des raisons de moyens : de beaux esprits ont tôt fait d’enfoncer la porte ouverte du petit établissement qui coûte plus cher que le grand… normal. Il est vrai que doit se poser la question des minima en dessous desquels l’établissement n’est pas non plus viable pédagogiquement, vaste débat dans lequel je n’entre pas ici.

– Mais ce qui m’intéresse c’est l’apparent paradoxe des élèves qui préfèrent ne pas poursuivre d’études, ou les poursuivre près de chez eux, plutôt que de s’expatrier :  en effet, au delà d’un certain niveau de qualification, il devient extrêment difficile de « revenir » au pays, tant les possibilités d’emplois sont réduites.

face à ceux-là que dire ? On peut stigmatiser le manque d’ambition des familles, les exigences du marché… expliquer statistiques à l’appui que les espaces ruraux sont différents des espaces urbains et n’entre pas dans la « moyenne » nationale.

Le mot est dit,  » la moyenne »… Moi, à l’école, on m’a expliqué que la moyenne, ce n’était pas l’objectif à atteindre, mais celui à dépasser ! En quoi faudrait-il correspondre à cette « moyenne » ? Cela signifie que derrière les écarts de qualification on induit – sans même s’en rendre compte et en toute bonne foi souvent – une hiérarchisation sociale des territoires qui laisse à penser que le plus instruit, ici l’urbain, est le plus heureux.

Et donc, on entre dans une mise en relation qui induit une même dynamique d’éducation de tous les Français : si tu veux travailler, il faut être diplômé, donc occuper des emplois urbains, donc abandonner les campagnes.

Je ne pense pas qu’il faille opposer les uns et les autres : c’est à chacun de choisir son mode de vie et la qualification associée : vaut-il mieux être cadre à Clermont-Ferrand ou artisan à Marsac en Livradois ? Les deux peuvent faciliter une vie épanouie, et le fait même de poser la question biaise totalement la réflexion en liant l’un et l’autre. Chacun doit pouvoir choisir en connaissance de cause, et donc, le rôle de l’école n’est-il pas ici d’éduquer au choix plutôt que de surentraîner au nom de critères à l’échelle nationale ?

Le rôle d’aménageur devient ici plus celui de donner les moyens aux jeunes diplômés de « revenir au pays », le leur ou un autre.

Posted in ... et l'Auvergne ?, éducation, ruralité | 2 Comments »

Devinez qui….

Posted by Michel SAUVADE on 14th septembre 2009

« Je n’accepte pas les fermetures de services publics en milieu rural, sans concertation et sans préavis. Comprenons-nous bien, je suis absolument convaincu que les services publics doivent évoluer, en fonction notamment des besoins exprimés par les habitants et les élus. Mais fermer purement et simplement un service public dans une zone rurale déjà fragilisée, m’a toujours semblé être le degré zéro de la réforme. Je veux prendre un engagement clair : que toute évolution des services publics ne puisse intervenir que pour garantir à tous un service d’une qualité encore supérieure. C’est le principe des « Points Poste » qui sont confiés à des commerces de proximité, ce qui permet d’assurer les mêmes services avec des horaires d’ouverture plus longs. Pour permettre au monde rural français de rebondir, pour garantir la permanence des grands services régaliens, nous avons le devoir d’imaginer, d’utiliser les nouvelles technologies, de jouer sur la polyvalence des agents et de mutualiser, partout où cela est possible, les moyens des acteurs publics ou privés. »

source… http://www.u-m-p.org/propositions/index.php?id=services_publics_en_milieu_rural

commentaire : comment dire tout et son contraire ? Par curiosité, allez voir la différence entre un bureau de poste et un point poste :

poste

Posted in politiques d'aménagement, ruralité | Commentaires fermés sur Devinez qui….

Erreur de calcul à l’école ?

Posted by Michel SAUVADE on 13th septembre 2009

Formidable projet pour les écoles des communes rurales, annoncé à grands renforts médiatiques : 5000 écoles de communes de moins de 2000 habitants équipées dans l’été d’une classe numérique, ordinateurs, tableau numérique, ressources en ligne… Un subventionnement à 80% par l’Etat, le reste à la charge des communes.

Comment ne pas s’enthousiasmer pour le projet ministériel : l’Education nationale sue le terrain s’investit à fond, mobilise, informe, élabore, organise… On explique aux élus que 71 projets seront financés dans le Puy de Dôme. La semaine de la rentrée, l’information est reprise dans la presse locale. Sauf que…

– Si le projet a provoqué la candidature de plus de 110 écoles, on apprend au final que seules 60 pourront être dotées, sachant que le Ministère réserve aux écoles privées les 11 autres dossiers. Pas de chance, en Auvergne les écoles privées ont déserté elles aussi les petites communes… il n’y en reste plus que 4, ce qui avait du échapper au Ministère et à ses statisticiens.

Seulement voilà, l’effet d’annonce passé où en est-on ? L’Inspection académique explique en septembre à l’association des maires ruraux, partenaire de l’opération,  qu’elle ne peut financer qu’une vingtaine de projets pour l’instant… Dommage…

Posted in ... et l'Auvergne ?, politiques d'aménagement, ruralité | 2 Comments »