Le MODEM invente les territoires de demain.

« Pour une égalité républicaine des chances entre les territoires »

Le projet humaniste à l’épreuve des faits

Posted by Michel SAUVADE on décembre 11, 2009

Il n’aura pas fallu une semaine pour valider la pertinence du Projet humaniste.

J’ai déjà eu l’occasion de parler de la question de la gestion des cours d’eau et zones humides ; dans le cadre de la constitution d’un « SAGE »  les enjeux ressortaient clairement : d’un côté une vision « environnementaliste » ‘(je reprends l’appelation donnée – écologiste – ça ne doit pas être bien) : il faut laisser la liberté totale aux rivières, l’intervention de l’homme est nécessairement négative… et de l’autre une vision « humaniste » plaçant l’homme au coeur du porcessus d’aménagement : « [l’agriculture] est le reflet de notre histoire, de notre rapport à la terre et une part du lien sociale au travers de l’ensemble des territoires. ». « Socialement soutenable, c’est une agriculture qui crée des emplois et qui maintienne un tissu rural dans tous les territoires ». « Ecologiquement soutenable, c’est une agriculture responsable de son sol, de ses eaux et de ses déchets ». Enfin « Il est urgent également de mettre en place une gestion soutenable des eaux… »  (p. 18).

C’est exactement l’esprit de la délibération prise il y a quelque temps par la commune de Marsac en Livradois. Pourquoi cela semble-t-il si dur de faire confiance aux Hommes ?

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email

2 Responses to “Le projet humaniste à l’épreuve des faits”

  1.   Mamouchka Says:

    Je me fais l’avocat du Diable …
    En faveur de la libre circulation de l’eau, mon grand-père m’a toujours dit qu’il est possible de s’opposer au feu mais jamais à l’eau… donc faisons attention où nous posons nos maisons…
    Sur la création d’emploi avec l’activité agricole, les économistes considèrent (même ceux qui « aiment » l’agriculture)que cette activité génère 1,5 emplois pour 1 actif dans une exploitation, le tourisme en génère 2 pour 1 tandis que l’industrie en crée 3 pour 1.
    L’agriculture mécanisée n’est pas porteuse, par contre je crains que la filière agro-industrielle ne soit pas prise en compte telle que je viens de la décrire…et c’est là, à mon sens que réside le problème !
    Mamouchka.

  2.   simonrodier Says:

    « l’agriculture génère 1,5 emplois pour 1 actif dans une exploitation, le tourisme en génère 2 pour 1 tandis que l’industrie en crée 3 pour 1 »

    Certes mais l’homme moderne n’est en vacance que 25 jours sur 365 alors qu’il mange 365 jours sur 365.
    En Livradois nous avons coutume de dire que pour un homme il faut 12 métiers pour 13 misères. Tout miser sur le tourisme est aussi ridicule que tout miser sur l’agriculture. La mono-activité c’est la mort des territoires et je ne suis pas sur que les grandes zones touristiques de certaines rives de l’Indonésie ou de la Thailande soient plus « saines que les immenses plantations de palmiers à huile de l’intérieur des terres.